carte mère

                                                                                                                                                         Structure

Au cours de son évolution, la carte mère a intégré certaines fonctions qui, avant, étaient des accessoires (internes ou externes). Dans un premier temps, la mémoire cache du processeur fut intégrée à celle-ci, puis vinrent les cartes contrôleuses de disques durs, la carte son, la carte USB, la carte réseau et même parfois la carte graphique font maintenant partie intégrante du chipset, mais des puces peuvent venir s'ajouter pour offrir de nouvelle fonctionnalités grâce aux connecteurs, dont des cartes d'interface de "périphériques" tel que l'USB 3.0, E-SATA 2.0, etc pour les chipsets qui ne les gèrent pas nativement.

On peut donc dire que toutes les cartes mères du marché sont différentes par les options qu’elles proposent. Pour interconnecter toutes ces fonctions la carte mère utilise des circuits spéciaux appelés Chipset, composés du:
northbridge, pour les périphériques "rapides" (mémoire, PCI-express, etc)
southbridge pour les périphériques "lents" (PCI, disques durs et SSD, ...) qui ont pour rôles de faire dialoguer le processeur les disques durs et tous les périphériques internes et externes.

Au démarrage, la carte mère doit reconnaitre tous les éléments qui lui sont connectés (mémoire, périphériques, ...) et les configurer. Pour cela, elle dispose du BIOS (Basic Input/Output System), un firmware qui lui permet de tester le matériel et les périphériques présents et de leur appliquer les paramètres de configuration nécessaires. Le BIOS cherche enfin le disque contenant le système d’exploitation et le charge en mémoire; on dit que le PC démarre (boot en anglais). Si pour une raison quelconque un périphérique, la RAM, ou une carte d’extension est défectueuse ou ne s’initialise pas, la carte mère émet un certain nombre de bips, pour indiquer le dysfonctionnement, en fonction du modèle du BIOS (certaines cartes mères ASUS parlent…).

×